Œuvrant aux interstices entre la danse, la poésie et la performance, Noémie se focalise sur le développement d’un langage pluridisciplinaire à la frontière entre l’écriture de la scène et celle de la page. Pour elle, la poésie peut se transmuter du rythme aux mots, de l’écriture à la lecture, du texte aux mouvements. Elle cherche à danser le poème et à écrire la danse.

Sur la scène, le processus de fabrication d’une gestuelle, toujours en cocréation avec les performeuses, donne lieu à des partitions mythopoétiques. Leur aspect poétique renvoie à la création d’images et de sensations chez le spectateur par l’assemblage de la danse avec des gestes performatifs, des sons, parfois des poèmes et des objets manipulés. L’aspect mythologique est soulevé par la réécriture d’un cosmos raconté par différents états du corps qui relèvent des pulsions enfouies. L’usage de micromouvements, la vocalisation de poèmes et le déploiement des corps dans un rythme très lent permettent à son écriture de s’incarner chez les danseuses de manière organique, intuitive et minimaliste. À l’heure de l’effervescence des formes scéniques tape-à-l’œil et souvent provocatrices, Noémie crée des esthétiques épurées où émergent douceur et violence, fragilité et solidité, perte de repères et solidarité.

 

En tant qu’auteure, elle a publié les suites de poèmes L’allégorie des espaces verts (2017, no.88) et L’alchimie des cavernes  (2016, no.83) dans la revue EXIT. ​

En tant qu’artiste pluridisciplinaire, elle a participé à la création collective Pièces à combustible (2014) et crée Un revers du monde (UQÀM, 2018 ; Mois de la poésie, 2019). Avec cette seconde création, elle assiste au glissement des mots des poèmes d’Hélène Dorion dans le corps, la voix et l’espace. Elle a vu naître une partition scénique radicalement lente à partir d’ambiances sonores et corporelles à la fois sensibles et immersives.

En 2019, elle a terminé une maitrise à l’École supérieure de théâtre. Elle perpétue maintenant mon parcours artistique avec la création La forêt flottante où elle puise notamment son inspiration pour l’écriture de son premier recueil Cendre à naître.  

Reconnaissances

Bourse Art à part |École nationale de théâtre

Prix du meilleur mémoire-création | École supérieure de théâtre

Récipiendaire de la bourse FARE | Fondation UQÀM

Récipiendaire de la bourse FQRSC| Fonds de société et culture

  • Facebook Social Icône
  • Instagram
  • Twitter
  • Youtube

© 2020 Noémie Roy